Accéder au contenu principal

La justice s'est injustement acharnée pendant un an sur un enseignant injustement accusé du viol d’une élève de Genlis (21) malgré les preuves irréfutables de son innocence :

- Deux sur le même poste, il a été accompagné en permanence d’une collègue le jour des faits supposés.

- Le sperme d'un membre de la famille ayant été retrouvé sur la culotte devrait légitimement induire une nouvelle instruction et permettre le rejet du chef d'accusation.

Comment ne pas émettre des doutes sur le bienfondé de confier l'enquête aux gendarmes de la brigade de proximité alors que la plaignante est une des gendarmes de ce même secteur ?

Pendant que la petite est toujours en danger, le véritable agresseur n'est pas inquiété par la justice.

Nous demandons donc que la justice élargisse ses investigations au vu des éléments recueillis par l'enquête.

Bien que la Cour d’Appel de Dijon ait levée sa mise en examen, reconnaissant par là son innocence, il a besoin de votre soutien pour que toute la vérité éclate enfin et pour obtenir un non-lieu définitif.

15 ans après Outreau, les fausses accusations continuent de prospérer

Article publié le 12/06/2017
Source : La cause des hommes, des femmes, des enfants

Depuis l’explosion de la fin des années 90, combien y a-t-il eu de fausses accusations d’abus sexuels en France ? 10 000 ? 100 000 ? Et dans l’ensemble des pays développés ? 1 million ? La liste que nous essayons de tenir à jour, qui se limite aux liens francophones, n’en donne qu’une minuscule idée, car au final peu d’affaires arrivent dans les médias, si ce n’est celles qui suscitent une forte émotion ou se terminent par un procès. La plupart n’y arrivent jamais : celles qui s’achèvent par un classement sans suite, celles qui donnent lieu à un procès auquel n’assiste aucun journaliste, celles se terminent par la condamnation d’un innocent et ne passent donc pas pour "fausses", etc. Cependant, nous continuons cette liste, car elle est très reproduite sur les réseaux sociaux, et de nombreux mis en cause nous disent qu’elle leur a donné du courage, car ils se croyaient être les seuls à subir ce type de violence (ce qui en dit long sur le niveau d’occultation !). http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article313
Donc, après des milliers d’épisodes dramatiques, après Outreau (une des rares affaires dont se souvienne le public), après surtout la Commission de réforme qui a suivi Outreau et qui devait améliorer les choses, l’affaire de Genlis nous incite à penser que rien n’a vraiment changé.
En effet, un juge d’instruction s’est autorisé à mettre un homme en examen pour viol, dans la foulée de la garde à vue :
- sans antécédents judiciaires
- sans aveux
- sans preuve (il y a preuve du viol, mais pas de l’identité de son auteur, en particulier pas de traces ADN sur vêtements)
- sans témoin (à l’inverse, la collègue qui l’a accompagné toute la journée a témoigné de la quasi-infaisabilité du crime).

Ce juge s’est fondé exclusivement sur la parole d’une fillette de 4 ans. Cette parole est respectable et doit être entendue, mais le moins qu’on puisse dire est qu’elle est sujette à caution, fragile, manipulable. Sans confirmation par d’autres données, elle ne justifie en rien les mesures prises. D’autant plus qu’il ne s’agit pas de simples mesures de précaution, révisables en cas d’avancées de l’enquête. Il s’agit de mesures destructrices, génératrices de traumatismes et de conséquences désastreux, sur lesquels on ne peut revenir :
- traumatisme d’un séjour de 4 mois en prison, assortis des agressions que les détenus infligent habituellement aux présumés pédophiles ;
- traumatisme ensuite de l’exil forcé par rapport à sa famille (déjà 3 mois), et traumatisme symétrique de celle-ci ;
- perte du salaire (déjà 5 mois)
- discrédit professionnel, dont il reste toujours quelque chose, même après une complète réhabilitation (dans quelles conditions pourra-t-il retravailler ?)

Autrement dit, Eric P. a déjà subi une condamnation et effectué une peine, en dehors de tout procès, que les compensations financières qu’il recevra ne répareront en rien. Mais, plus extraordinaire encore, même s’il a stoppé la détention, le juge a maintenu les autres mesures alors qu’émergeait une preuve (qu’il souhaite confirmer, et il a raison) et donc une suspicion beaucoup plus solide, sur un membre de la famille de la fillette.

Il y a là une véritable vision du monde, obscurantiste ("tout homme accusé de méfaits sexuels est forcément coupable"), doublée d’un farouche entêtement à ne pas revenir sur ses erreurs.


Posts les plus consultés de ce blog

Le résumé des faits

Mis à jour le 08/07/2017 Plainte pour viol Le jeudi 17 novembre 2016, une plainte est déposée contre Éric P. pour viol dans le cadre de ses fonctions d’enseignant dans une école maternelle de Côte d’Or. La victime, la petite Julie*, vient d’avoir 4 ans la veille du dépôt de plainte. Elle présente des traces d’agression sexuelle, et désigne spontanément l’enseignant, selon sa mère. L’agression se serait déroulée le lundi 14 novembre, jour où le père découvre des traces de sang dans la culotte de sa fille lors de la douche du soir.

Éric P. est interpellé et placé immédiatement en garde à vue le jeudi 17 novembre. Celle-ci sera prolongée. Éric P. nie en bloc les accusations. Il est placé en détention provisoire à la Maison d’Arrêt de Dijon le samedi 19 novembre. Il en ressortira plus de 4 mois plus tard, le vendredi 24 mars.

Un viol à l’école maternelle : est-ce possible ? Impossible. Ce lundi 14 novembre, Éric P. n’est pas seul sur le poste de professeur au sein de la classe. Il s’agit…

L'instituteur accusé de viol témoigne

Article publié le 21/07/2017
Source :  Bienpublic.com





Cliquez sur les images pour agrandir Avec l'aimable autorisation de diffusion du Bien Public



Côte-d'Or : accusations abandonnées contre un professeur accusé de viol sur une fillette

Publié le 15/11/2017
Source : France 3 National : 12/13
En Côte-d'Or, un professeur des écoles a été accusé de viol après qu'une fillette de quatre ans avait révélé avoir été victime d'attouchements sexuels. Ce mercredi 15 novembre, la cour d'appel de Dijon vient de lever sa mise en examen.


Le sourire de la délivrance. Entouré de son épouse et de son avocat, Éric quitte la cour d'appel de Dijon (Côte-d'Or) sous le simple statut de témoin assisté. Une victoire : toutes les charges retenues contre lui sont tombées. Un an que l'enseignant dénonce une erreur judiciaire, depuis son interpellation pour le viol d'une de ses élèves de l'école maternelle de Genlis, en Côte-d'Or.

Le principal suspect reste libre À l'époque, la petite fille de quatre ans identifie son professeur comme son agresseur. Il est mis en examen et incarcéré quatre mois. Mais des éléments vont semer le doute dans la tête des enquêteurs, notamment ces traces de sperme découvertes…

Interview d'Éric et son épouse au JT de M6

Reportage diffusé le 24/09/2017
M6, 19.45


Viol d'une petite fille à Genlis : les analyses relancent l'enquête

France Bleu Bourgogne et France Bleu

Un instituteur de Genlis est mis en examen, suspecté de viol sur une de ses élèves, une fillette de 4 ans. La procureur de Dijon vient de confirmer que des traces de sperme retrouvés sur la culotte de la petite fille ne correspondent pas à l'instituteur, mais à un membre de la famille de l'enfant.
En novembre 2016, Éric, instituteur de 42 ans à Genlis, est désignée par la petite fille comme son agresseur. Un examen médical confirme que l'enfant a été violée. L'instituteur nie les faits.
Immédiatement, l'Éducation nationale le suspend et bloque son salaire. Pendant quatre mois, Éric reste en détention. Son épouse, qui ne peut plus payer le loyer, doit déménager avec leurs enfants chez un membre de la famille.
Les analyses changent la donne Le 24 mars, Éric est libéré sous contrôle judiciaire [strict]. (...). Il réside chez son frère, à Aix-en-Provence et pointe quotidiennement au commissariat. Pendant tout ce temps, il clame son…